Les méthodes de suivi des populations de tétraonidés :

On distingue 3 types de suivi, le suivi en période de reproduction, le suivi estival et le suivi hivernal.

Le suivi des populations requiert un bon sens du terrain et une motivation qui soient à même de garantir l'éthique du travail accompli. Pour pouvoir être validés et exploités les résultats doivent être formalisés et standardisés. En conséquence, toutes les actions font l'objet d'un compte-rendu. Plusieurs protocoles d'observation et les fiches techniques correspondantes ont été mis au point par la commission technique. Le coordinateur local est responsable du bon fonctionnement du dispositif.

Suivi en période de reproduction :

A cette époque, un maximum de données peuvent être obtenues avec un minimum de dérangement, à condition de respecter strictement les protocoles prévus. Trois protocoles ont été définis :

  • Comptage par affut fixe :

Protocole à mettre en oeuvre sur les places de chant stables.
Objectif : Outre le dénombrement, recueillir un maximum de données comportementales des oiseaux.
Méthode : L'observateur (ou les observateurs) est en place dans son affût avant 17 heures, la veille du jour prévu pour le comptage. Il ne quittera cet affût que le lendemain à partir de 10 heures et au plus tôt une heure après la dernière manifestation de présence des oiseaux. La plus grande discrétion est de rigueur tant dans la préparation de l'affût (approche et installation) que pendant l'affût et à sa sortie.

  • Comptage par approches et affûts combinés :

Protocole à mettre en oeuvre dans le cas de places de chant fluctuantes ou mal localisées.
Objectif : Localiser et dénombrer les oiseaux.
Méthode : Travail de groupe : Le coordinateur local détermine un certain nombre de point d'observation sur lesquels il place des observateurs, soit depuis la veille, soit au plus tard deux heures avant le lever du soleil. Les postes ne seront pas quittés avant 10 heures et au plus tôt une heure après la dernière manifestation de présence des oiseaux. La plus grande discrétion est de rigueur tant dans la préparation de l'affût que pendant l'affût et lors de la sortie de ce dernier.  
Travail individuel : L'observateur applique le protocole de "prospection au chant" (voir ci après) dans le but de localiser la zone sensible. Lors de ses autres sorties, il met en oeuvre le protocole d'affût fixe.

  • Prospection au chant :

Protocole à mettre en oeuvre sur les zones où il n'y a pas (ou plus) de place de chant bien déterminée et sur les zones où il y'a présomption de présence (données nouvelles ou anciennes).
Objectif : Relever des indices ou noter un contact auditif et visuel.
Méthode : L'observateur prépare un parcours qu'il réalise au maximum une fois par mois entre mars et juin, soit très tôt le matin pour rechercher un contact sonore, soit en journée pour rechercher des indices. Dans tout les cas les déplacements se feront avec discrétion et concentration afin d'accroître les chances d'obtenir des indices et de limiter le dérangement. Aucune approche ne sera tentée en cas de contact sonore ou visuel.

Suivi en période hivernale :

  • Prospection hivernale

Protocole à mettre en œuvre lors des sorties hivernales, en particulier sur les zones où il y a présomption de présence (données nouvelles ou anciennes).
Objectif : Relever des indices hivernaux.
Méthode : Définir et représenter sur la fiche de prospection hivernale, le plan d'un circuit potentiellement propice au recueil d'indices hivernaux. Entre novembre et février, lorsque les conditions sont favorables, réaliser deux parcours et consigner toutes les observations sur la fiche précitée.
Lorsque des indices sont trouvées sur un secteur, plus aucune autre prospections hivernales n'auront lieu, pour ne pas déranger les individus hivernants sur le secteur.

  • Prospection sur les couloirs de circulation :

Protocole à mettre en œuvre lors des sorties hivernales, en particulier sur les zones où la présence est avérée dans le but de connaître les conditions d'hivernage de l'espèce (dérangements ou non).
Objectif : Détecter les possibles indices hivernaux et surveiller la fréquentation du site.
Méthode : L'observateur parcours les différents sentiers du secteur et y recherche les différentes traces de pénétration, en s'aidant si possible de la couche de neige présente. Toutes les traces de perturbations seront communiquées au coordinateur dans le bilan des sorties hivernales.

Suivi en période estivale :

  • Prospection estivale :

Sur quelques zones pilotes, bénéficiant d'un statut particulier de gestion, un suivi estival de la reproduction complète les autres formes de suivi, afin de compléter l'évaluation de l'impact des mesures mises en œuvre.
Objectif : Sur un secteur donné, recueillir nu maximum d'indices permettant d'évaluer le succès de reproduction de l'espèce.
Méthode : Recherche d'indices sur un parcours défini à la recherche de traces de reproduction (coquilles d'oeuf, plumes...) et d'indices de présence estivale (plume de mue...)




® Groupe Tetras Vosges - Mentions légales - Webmaster - Crédits - Conception 2exVia avec MasterEdit®